Elisabeth Greissler

Professeure adjointe, École de travail social, Université de Montréal, membre du CREMIS

Intérêts de recherche 

Les travaux de recherche d’Élisabeth Greissler portent sur les jeunes identifiés en « difficulté » par les institutions, sur l’itinérance et sur l’aide sociale.

Elle s’intéresse plus spécifiquement à l’engagement des jeunes dits en difficulté à travers l’étude de leurs carrières militantes ainsi qu’aux actions collectives d’organismes communautaires à travers le rôle des milieux de vie fréquentés par les jeunes et ainsi, le rôle des intervenants dans l’engagement. D’autres projets de recherches-action lui permettent notamment de développer des réflexions sur le travail en réseau (milieu institutionnel et communautaire) à l’endroit de ces jeunes.

À deux reprises dans le cadre de recherches-action, Elisabeth Greissler a conduit des projets pour accompagner des milieux de pratique dans l’élaboration et l’ajustement d’un modèle de stabilisation résidentielle avec accompagnement (SRA). Les conséquences de ce tournant politique constituent un intérêt de recherche important. Par ailleurs, le « dévoilement de soi », autrement dit, les stratégies discursives pour mettre en récit son parcours d’itinérance est un thème qui lui importe, notamment chez les femmes en situation d’itinérance, mais également plus largement, chez les personnes assistées sociales.  

Élisabeth Greissler participe présentement à deux projets autour de l’aide sociale. Le premier projet, en collaboration avec A. Maugère (Université de Montréal) s’intéresse aux représentations des bénéficiaires de l’aide sociale. Le second projet, en partenariat avec V. Fortin – Université de Sherbrooke et C. Chesnay – Université du Québec à Montréal, porte sur le système administratif d’aide sociale, afin de montrer les tenants et les aboutissants de la logique punitive qui se déploie au sein du droit social : elles cherchent à comprendre les pratiques punitives les plus déployées, les trajectoires au sein du système des populations les plus visées et, enfin, la manière dont les personnes visées réagissent collectivement. Elisabeth Greissler est responsable du dernier volet qui les amène à collaborer avec des organismes communautaires engagés dans la défense de droit.

 

Mots-clés

Jeunes « en difficulté »; engagement; actions collectives; itinérance; aide sociale

 

Sélection de publications

Maugère, A. et Greissler, É. (sous presse). Qui sont les prestataires de l’aide sociale ? Analyse des débats médiatiques entourant la réforme de l’aide sociale au Québec (2015-2016). Reflets.

Greissler, E. Lacroix I. Morissette I. (2018). Les cadres de la participation citoyenne en milieu de vie : le discours des jeunes en difficulté. Lien Social et Politiques, 80, p. 190-209.

Greissler, É. et Labbé F. (2016). Le RAJE citoyenne ou les conditions d'émergence de carrière d'engagement de jeunes en difficulté. Garneau, S. Gallant, N.Regard sur...les jeunes et l'action politique : participation, contestation, résistance. PUL : 189-210.

Greissler, E.; Morissette, I et René, J-F. (2016). Les pratiques d'action collective des Auberges du coeur : quelle autonomie pour les jeunes en difficulté ? Nouvelles pratiques sociales, 29(1-2), p. 212-138.

Greissler É St-Louis M Gendreau I. (2015). Le lien d'abord : les pratiques de "post-hébergement" des Auberges du coeur. Intervention,142, p.39-49.

René J-F Greissler É Morissette I. (2015). Promouvoir l'intervention collective dans les Auberges du coeur : recherche-action participative et co-construction des connaissances. CRÉMIS. 8

Greissler É. (2014). Les contours de l'alter-engagement des jeunes en situation de marginalité. Sociétés et jeunesses en difficulté. 14, [en ligne].

 

Coordonnées 

École de travail social
Université de Montréal
Pavillon Lionel-Groulx
C. P. 6128, succursale Centre-ville
Montréal (Québec)  H3C 3J7
Bureau : C-7103
Tél : 514 343 6111 (3629)

 

Autres mandats, fonctions et affiliations

Membre du conseil d’administration de l’Imagerie maison de jeunes